Champ d’application


L’article 4 de l’ordonnance 2020-306 s’applique aux astreintes, clauses pénales, clauses résolutoires et clauses prévoyant une déchéance qui ont expiré ou couru du 12 mars au 23 juin 2020 inclus (la « période juridiquement protégée »).

 

Suspension


La règle : le délai contractuel pour s’exécuter qui a couru pendant la période juridiquement protégée est suspendu (i.e. il est neutralisé et reporté).

 

Si l’astreinte, clause pénale, résolutoire ou de déchéance :

  • Court et prend effet pendant la période juridiquement protégée, la période écoulée pendant la période juridiquement protégée est ajoutée à la fin de la période juridiquement protégée pour calculer la nouvelle date de prise d’effet de la clause ; 
  • Court en partie pendant la période juridiquement protégée mais expire après la période juridiquement protégée, la période écoulée pendant la période juridiquement protégée est ajoutée à la fin de la date de prise d’effet théorique de la clause.

 

Exception : pour les obligations de sommes d’argent, il n’y a de report que si l’astreinte, la clause pénale, résolutoire ou de déchéance a couru et pris effet pendant la période juridiquement protégée. Si la clause a simplement couru pendant la période juridiquement protégée mais qu’elle n’a pris effet qu’après la fin de la période juridiquement protégée, il n’y a aucune suspension.

 

Quelques exemples


  • Si un contrat conclu le 1er mars 2020 oblige une partie à finir des travaux avant le 1er juillet 2020 à peine d’astreinte, l’astreinte sera reportée de la totalité de la durée de la période juridiquement protégée, soit 3 mois et 12 jours et ce, à compter du 1er juillet 2020. Cette période est neutralisée et reportée après le 1er juillet 2020. L’astreinte reprendra effet le 13 octobre 2020.
  • Si un contrat conclu le 12 mars 2020 oblige une partir à finir des travaux avant le 12 avril 2020 à peine d’astreinte, la date de prise d’effet de l’astreinte sera reportée un mois après la fin de la période juridiquement protégée. L’astreinte reprendra effet le 24 juillet 2020.
  • Si un contrat conclu le 1er mars 2020 oblige une partie à effectuer un paiement avant le 1er juillet 2020 sous peine d’astreinte, l’astreinte produira ses effets au 1er juillet 2020 comme prévu car elle (i) concerne un paiement à effectuer et (ii) expire après la fin de la période juridiquement protégée.

 

Texte de référence



Ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette même période

 

Checklist


  • Identifier ses contrats en cours d’exécution entre le 12 mars et le 23 juin 2020
  • Dans ces contrats, recenser les astreintes, clauses pénales, résolutoire ou de déchéance
  • Appliquer les règles de prorogation pour calculer la nouvelle date de prise d’effet de ces clauses
  • Effectuer les diligences requises à tempsou, à défaut, négocier un report des échéances contractuelles par voie d’avenant

 

Guides pratiques

Bien développer son réseau de franchise
Abus de position dominante
Promotion de Loi Egalim
Guide pratique RGPD en 10 points clés